Entrepreneuriat social : kézako ?

Entrepreneuriat social : kézako ?

Entrepreneuriat social : définition

Entrepreneuriat social, entrepreneuriat solidaire, Social Tech, les vocables se multiplient aujourd’hui au fil des parutions presse, faisant le buzz sur ce nouveau phénomène : l’entrepreneuriat social, qui n’en finit pas de faire parler de lui et d’avoir le vent en poupe pour notre plus grand plaisir ! A rebours des clichés et idées reçues, il est temps de décrypter par le menu ce phénomène !

**Qu’est ce qu’un entrepreneur social ? **

Voici un bon point de départ. Par définition, l’entrepreneuriat social est un modèle d’entrepreneuriat qui vise à résoudre un problème d’ordre sociétal tel que la santé, les logements, l’environnement, la consommation d’énergie, l’alimentation… Le projet a ainsi une forte portée sociétale et une véritable mission créatrice de valeurs. Le succès de tels projets se mesure d’ailleurs par une mesure d’impact des éventuels effets bénéfiques sur la société, l’environnement…

Alors, et toi ? As-tu le profil d’un entrepreneur social ? Pour devenir un entrepreneur social digne de ce nom, tu dois impérativement avoir un projet viable et fiable pour assurer un résultat concret et un réel impact. Nombreuses sont les startups positionnées dans le domaine de l’entrepreneuriat social qui veillent ainsi à soigner trois leviers : une gouvernance participative, un modèle économique en cohérence avec leur mission et un impact quantifié et vérifiable.

Entrepreneuriat social : exemples

Si tu souhaites mieux comprendre le modèle économique social solidaire ou collaboratif, voici quelques exemples et cas d’école dont tu pourrais t’inspirer :

  • Oscarh a lancé un projet innovant qui consiste à partager les compétences des jeunes entrepreneurs. L’avantage ? Faciliter le recrutement pour de nombreuses entreprises et offrir une possibilité d’évolution professionnelle plus de 8 millions de salariés.

  • Avec ses 4 600 partenaires, la startup Tookets se focalise sur les projets humanitaires en mettant en place une monnaie solidaire visant à financer des projets solidaires…

  • Fondée par Jérémy Camus, Xetic est une startup qui travaille sur les inégalités sociales. Concrètement, elle soutien des projets de financement de microentreprises dans les pays pauvres et en voie de développement.

  • Rookiz vise à aider les jeunes à avancer dans le monde de l’entrepreneuriat. La Startup sponsorise les projets ambitieux des jeunes diplômés et les mets en relation avec des partenaires adéquats. Une belle initiative.

  • Ben & Fakto est un grand acteur dans l’univers de la mode et du prêt-à-porter. Son projet social ? Aider les pauvres en leur accordant des microcrédits, provenant de ses recettes…

  • Sise dans la ville de Grenoble, Sereale est une startup qui a opté pour un modèle économique visant à remédier au « travail au noir ». Il s’agit d’un recrutement mutuel entre ses membres, en toute légalité.

Entrepreneuriat social : les idées reçues

Alors enfin convaincu par les multiples vertus de l’entrepreneuriat social ? Tu n’es pas le seul ! Le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) s’est beaucoup dynamisé ces dernières années. Sais-tu qu’en France, 7% des entreprises sont dans l’ESS ? Pourtant quelques idées reçues persistent. Passage en revue des 4 clichés qui ont la vie dure sur le sujet !

  • L’entrepreneuriat social, c’est un sujet de femmes : Faux : Si tu penses que les entrepreneurs de l’ESS sont uniquement des femmes, tu as tort. Sache que les entrepreneurs sociaux ne sont pas si différents des entrepreneurs classiques : 60% sont des hommes et le reste des femmes, selon l’enquête très sérieuse réalisée par Empow’her)

  • Les entrepreneurs sociaux sont des hippies : Faux : compétents, informés et engagés, les entrepreneurs sociaux ne vivent pas dans des grottes, coupés du monde et bercés de leurs doux idéaux. Ils vivent avec leur époque et utilisent la technologie comme principal levier d’action !

  • L’entrepreneuriat social, c’est la lutte contre le chômage : Faux : L’entrepreneuriat social ne se concentre pas uniquement sur les problèmes du chômage à long terme ou l’insertion à l’emploi. Nombreux domaines sont également concernés : la culture, le numérique, l’éducation, la science ainsi que d’autres thématiques.

  • ** L’entrepreneuriat social n’est pas viable : Faux** : L’entrepreneuriat social entreprise rapporte autant plus que les entreprises classiques : comme tous les entrepreneurs, certains rencontrent des difficultés avant de dégager un revenu, mais d’autres y parviennent en seulement 2 années d’activité.

Formations Entrepreneuriat social : où et comment ?

Maintenant que tu sais que l’ESS est un secteur tout aussi attractif et avantageux, as-tu envie de te lancer dans l’entrepreneuriat social ? Oui ? Mais comment s’y prendre ? Par où commencer ? Aujourd’hui, grâce à l’évolution des MOOCs français, tu peux trouver facilement une entrepreneuriat social formation sur différentes plateformes françaises. N’hésite pas à relever le défi ! C’est le seul moyen de confirmer ta vocation…