La Petite Touche : Le duo créatif

La Petite Touche : Le duo créatif

Véritable OVNI créatif, La Petite Touche forme un tandem artistique hors norme. C’est d’abord l’histoire d’une rencontre, celle d’un comédien, Lélé et d’une illustratrice, Phémina. Amoureux d’art sous toutes ses formes, le duo parcourt la capitale en quête d’émotions. Lauréats du Concours Talents Graine de photographe, La Petite Touche propose une vision intime et engagée de la ville et de ses quartiers. Leur parti pri : « rendre l’ordinaire extraordinaire ». Rencontre aujourd’hui avec le duo emblématique de la scène photographique française.

La Petite Touche fonctionne comme un couple d’artistes, pouvez-vous nous raconter comment fonctionne cette union photographique ?

La Petite Touche c'est avant tout l'histoire d'un regard posé l'un sur l'autre. Lélé qui d'abord cru en Phémina et en son potentiel et elle, qui vit en lui une muse, une source d'inspiration. Puis leurs deux regards se tournèrent vers la ville, et de là ils commencèrent à l'explorer ensemble.

C'est à partir de cet instant qu'est né le tandem La Petite Touche. S'influençant l'un et l'autre par leur regard respectif, et leur sensibilité propre à chacun. Ils se définissent aujourd'hui comme un corps dont Lélé est le cerveau, et Phémina le cœur.

Lélé, tu es acteur et comédien, Phémina, tu es peintre et photographe. Est-ce important pour vous de cultiver de multiples identités ? Est-ce que ces différents mondes sont sources d’influences multiples ?

L'essentiel pour nous est de cultiver notre créativité et pour cela nous nous inspirons de tout ce que nous voyons, entendons, sentons, ressentons. Tout cela nourrit notre imaginaire et nous permet de s'exprimer. La somme des disciplines que nous effectuons séparément ou ensemble permettent d'enrichir notre travail.

Avez-vous des artistes qui sont des sources d’inspiration en particulier ?

Oui, nous avons des artistes qui sont de véritables sources d'inspiration : Van Gogh, Banksy, Malick Sidibé, Seydou Keïta , Xavier Dolan, Terrence Malick…

Vous avez rapidement accédé à la reconnaissance, comment passe-t-on du statut de photographe débutant au statut de photographe invité à l’Elysée ? Travail, chance, timing ?

C'est le fruit de dur labeur. Du travail. Phémina a un caractère opiniâtre et Lélé est est un passionné qui s'engage à fond dans ce qu'il fait. Tout est possible quand on est "déter" (déterminé).

Votre fil Instagram est riche de vos publications régulières. Quelle place occupe aujourd’hui ce réseau social dans la diffusion de vos créations ?

Nous considérons Instagram aujourd'hui comme un laboratoire dans lequel nous racontons des histoires à travers des séries de photos déclinées en trois clichés. Nous élaborons davantage de projets artistiques et personnels qui occupent beaucoup de notre temps et en laisse peu pour le reste. Du coup, nous partageons des photos que plus rarement.

Vous pratiquez la photographie depuis 2013, est-ce que vos pratiques ont évolué depuis vos débuts ?

Notre travail et notre approche ont évolué. Le fond n'a pas changé mais la forme oui. En effet, tout comme nous, notre art a mûri. Autrefois, plus spontané, aujourd'hui plus réfléchi, plus poussé et davantage tourné vers le monde. L'objectif étant d'être le reflet de celui-ci à travers nos mots, notre sensibilité, notre regard. En somme, raconter ce monde en photo.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune photographe débutant qui souhaite suivre vos pas et se lancer dans la photo ?

Qu'il fonce ! Un seul mot d'ordre : SPONTANÉITÉ.

Vos oeuvres sont engagées, souvent influencées par l’actualité (ndlr: l’Affaire Théo, récemment). Avez-vous des prochains thèmes que vous souhaitez explorer ?

Oui, il y a d'autres thèmes mais chut! On préfère ne rien vous dévoiler, et vous laissez découvrir. Suivez-nous dans nos prochaines aventures !

Envie d'en savoir plus sur les techniques du talentueux duo ? Il est temps d'embarquer pour un cours de photo inédit aux côtés de la Petite Touche.