Fabien Voileau : Photo trip !

Fabien Voileau : Photo trip !

A 32 ans, Fabien Voileau a déjà passé une décennie à affûter son style. Finlande, Jordanie, Suède, Californie Norvège... ce dévoreur de voyages est toujours à l’affût d’un nouveau territoire à parcourir, appareil photo à la main. Au gré de ses errances, le talentueux photographe révèle des clichés hauts en saveur et unanimement salués. Entrevue avec la fine fleur de la photographie !

Tu as quitté le système scolaire très jeune, tu peux nous raconter ton parcours ?

En effet, j’ai arrêté l’école à 17 ans par manque de consistance, de passion, d’intérêt. Il faut dire que mes études professionnelles d’aménagement de l’espace ne m’intéressaient pas vraiment. C’est à ce moment qu’un nouveau chapitre s’ouvre, car je fais un choix fort, allez bosser (très mal payé !) et passer mon Bac L en cours du soir. A cette époque, j’avais une vie de lycéen bien étrange… Je lisais Le Monde le matin, faisais mes disertes et allais en cours à l’heure du diner. Le tout avec un job à mi temps l’année de ma terminale. Cette période résume à elle seule comment je voyais mon avenir, alors même que je ne savais pas quoi faire. Ce n’était pas un métier que je recherchais depuis l’adolescence, mais une façon de vivre, ou l’ennui et la monotonie seraient disloqués par la curiosité et l’envie d’avancer en permanence.

Tu es loin de ta Bretagne natale, puisque tu vis aujourd’hui en Australie, à Oakland. Qu’est-ce qui t’a fait choisir ce spot ?

En effet, mais finalement, ces 2 régions sont assez proches. La Nouvelle-Zélande, c’est la Bretagne extrême. Mais pour être tout à fait honnête, ma partenaire vie la bas.

Quelles sont tes influences ?

Je vais donc faire un « top » en vrac de mes influences ! Les photographes américains Marc Cohen et Garry Winogrand, les écrivains William S Burroughs et Michel Houellebecq, le surfeur Alex Knost, l’artiste Thomas Campbell, l’architecte Richard Neutra, les musiciens Holy Holy, Blood Orange et Prince. C’est vraiment une synthèse très courte car terriblement difficile de ne pas tous les citer !

Est-ce que ton style a évolué depuis tes débuts ? Comment continues-tu de peaufiner tes techniques ?

C’est certain, du moins je l’espère ! On ne choisit pas trop cette évolution, mais elle est palpable quand je regarde un peu arrière. Mon évolution s’est faite naturellement, en fonction de mes errances, influences, parfois le matériel choisi (format / film vs dslr…), mais surtout à travers la maturité, les questions posées, mes envies de vies. Je tente de faire évoluer mon style en me confrontant sans cesse à de nouvelles difficultés. De la lumière, aux personnes à photographier, on peut trouver milles prétextes, et c’est la que la photographie prend tout son sens.

Tu es un amoureux des grands espaces, comment prépares-tu tes road-trips ? Tu es plutôt solo ou bande d’amis ? Plutôt organisation millimétrée ou itinérance au feeling ?

Tout dépend d’un tas de paramètres. La saison par exemple. Lorsqu’il fait -30°, il faut mieux être préparé un minimum ! Cependant, je ne prépare que des envies, pas d’itinéraire trop clairement défini. Ca laisse place aux changements, au hasard… De plus, je tente de mixer 3 rythmes différents de trip : seul – entre des potes – avec ma partenaire. C’est mon équilibre !

Tu as déjà parcouru beaucoup de pays. Est-ce que ton approche change en fonction des pays que tu parcours ?

Mon approche photographique ne change pas forcement beaucoup, je vais toujours essayer d’humaniser la nature désertique et de minimaliser les grands espaces bétonnés. Après la manière de capturer peut changer un peu. Même si ca reste à 90% en argentique.

Quel a été ton road trip le plus marquant ?

Question difficile. Je me rends compte, au bout d’un moment, que ce n’est pas le pays qui est responsable (dans la totalité) d’un souvenir incroyable, mais des gens que tu y a croisé. En terme d’humanité, les deux plus marquants sont clairement l’Inde et le Japon. Après deux passages sur chacune de ces terres, j’en reste toujours aussi fasciné. Côté nature, difficile de faire mieux que l’Islande ou la Norvège. Visuellement, j’avoue tout de même avoir un amour pour les Etats-Unis.

Quels conseils souhaites-tu donner à un apprenti photographe qui a envie de se lancer à son tour dans la photographie ?

Achète un appareil photo jetable et descend en bas de chez toi, il s’y passe forcement quelque chose ! La photographie n’est une question d’argent ou de voyage. Elle prend forme dans ton salon, tes escaliers ou ton supermarché.

Envie de réveiller votre créativité de photographe ? Ou tout simplement d’apprendre la photographie ? Embarque pour un cours de photo pas comme les autres ? Muni de son appareil photo, tu suivras les pas de Fabien Voileau dans le quartier de Chateau Rouge à Paris pour faire des photos hautes en couleurs. Mise au point, cadrage, netteté, choix du sujet… ce talentueux photographe professionnel te révèlera à l’occasion de ce cours de photographie tous ses conseils et techniques photo afin que tu puisses à ton tour prendre des photos réussies et manier avec dextérité ton appareil !