Alix de Beer, la photographe d’influenceuses

Alix de Beer, la photographe d’influenceuses

L’appareil photo jamais loin et l’oeil affûté, Alix de Beer s’est fait une place en quelques années dans l’univers très courtisé de la photographie de mode et d’influenceuses… Bella Hadid, Bar Rafaeli sont passées sous ses flashs et son esthétique ont rapidement séduit la toile. Son credo ? Des photos streestyle léchées et des poses calibrées. Les débuts professionnels d’Alix sont pourtant très éloignés de cet univers créatif, puisque celle-ci débute d’abord en contrôle de gestion avant de franchir le rubicon pour de bon et se lancer dans la photographie. Retour sur la talentueuse trajectoire d’une enfant du siècle 3.0.

Peu le savent, mais tu étais destinée à une toute autre trajectoire : le contrôle de gestion ! Comment as-tu franchi le pas vers la photographie ?

C'est devenu une nécessité de quitter mon métier qui ne m'épanouissait plus. Et ensuite, la photo m'est apparue comme une évidence. J'ai décidé de partir avec une rupture conventionnelle, pcq je voulais prendre le temps de m'écouter. Jusqu'à présent, j'avais toujours tout rationalisé et du coup j'avais l'impression que je n'avais pas vraiment choisi mon métier.

Avec le recul, quels conseils donnes-tu à ceux et celles qui souhaitent suivre tes pas ?

  1. De s'écouter tout d'abord. C'est important d'être en accord avec ce que l'on fait.
  2. De travailler dur pour mettre toutes les chances de son coté et ne rien regretter.
  3. Avoir confiance en soi et ne pas écouter les autres. C'est essentiel dans ces moments-là de rester focus et de croire en sa réussite. Pour moi, il n'y avait pas d'autres alternatives que la réussite.

Tu as d’abord appris sur l’appareil photo argentique familial. Comment fais-tu aujourd’hui pour continuer à te former et à monter en compétences ?

C'est une très bonne question. Parfois, il m'arrive d'avoir l'impression de stagner et c'est assez démotivant. C'est pourquoi il faut toujours se fixer des nouveaux objectifs, et ne pas avoir peur de demander de l'aide, ou tout simplement d'échouer. C'est bête, mais souvent, j'accepte des shoots qui à priori me paraissent surdimensionnés pour mes compétences et un peu trop ambitieux... et c'est dans ces moments là que j'apprends le plus. Evidemment, on est tenté de rester dans notre zone de confort, mais il faut lutter contre ça et tenter au max de se surpasser afin de monter en compétences et d'évoluer.

Le street-style est aujourd’hui une discipline photographique qui a le vent en poupe, comment expliques-tu cet engouement ?

Le streetstyle fait vendre tout simplement. Il est plus facile pour une lectrice de magazine de s'identifier à des filles qui portent des vêtements dans la rue que sur les podiums. Aujourd'hui, c'est devenu un business à part entière, et les marques de luxe ou plus accessibles paient des photographes et des influenceurs pour faire des photos streetstyle.

On imagine parfois l’univers des bloggers et des influenceurs comme étant assez inaccessible. Comment fais-tu pour nouer une relation ?

Haha, c'est vrai? Perso que ce soit avant d'intégrer ce milieu ou aujourd’hui, je ne trouve pas cet univers inaccessible au contraire. Les blogueurs et les influenceurs d'aujourd'hui sont de vraies personnes et n'ont rien à voir avec des stars hollywoodiennes qui elles paraissent inaccessibles.

Honnêtement, j'ai eu beacoup de chance. J'ai rencontré les bonnes personnes au bon moment. Je suis arrivée pile au moment où les marques ont commencé à s'intéresser de près aux influenceurs et à leur proposer des shoots. En fait une fois que je me suis sentie à l'aise avec mon appareil et les réglages, je me suis dit que cela serait bien de commencer à faire des shoots de blogueuse. Et la première que j'ai contacté a été Kenza. Et j'ai eu vraiment de la chance, parce que ça a de suite bien fitté, Pour une fois je pense que le fait d'être une fille dans mon milieu m'aide à gagner la confiance des influenceuses que je shoote.

Tu peux nous raconter comment s’organise le quotidien d’une photographe d’influenceuses ?

Je ne peux pas parler pour les autres mais pour ma part j'ai la chance de n'avoir aucune routine. Chaque jour est différent tout comme chaque semaine ou chaque mois. J'ai la chance d'avoir toujours des nouveaux clients ou nouvelles missions. Donc parfois je suis 4 jours par semaine en shoot et parfois juste 2 et le reste du temps, je fais de l'administratif, de l'éditing (retouches) sur mes photos et des RDV clients.

As-tu une (ou plusieurs) expérience de shooting qui t’a marqué et que tu peux raconter ?

Un shoot avec Marie Lopez d'Enjoy Phoenix. On shootait une collection qu'elle avait faite en collaboration avec une marque, et à un moment, j'ai perdu confiance en moi, parce que je n'étais pas satisfaite des photos et j'avais l'impression que le client doutait également. Du coup, j'ai commencé à pleurer comme un gros bébé, et Marie est venue me rebooster. Son empathie m'a vraiment touchée. Je m'en veux d'avoir laissé mes émotions transparaitre mais je ne sais pas pourquoi ce jour-là, impossible de me retenir.

Sinon, mon premier shoot avec Kenza était particulier. Je ne sais pas vraiment l'expliquer mais je savais au fond de moi que ce shoot allait être déterminant dans ma carrière et qu'il allait être un booster. Du coup, je me revois encore appeler mon père puis ma mère juste avant le shoot pour qu'ils m'encouragent ! Ça fait très gamine, et j'avoue qu'aujourd'hui, je n'aime pas trop parler boulot avec mes parents mais sur le moment, c'était important pour moi de les appeler et de les tenir informés des moindres détails de mon taff !

Et ton pire souvenir de shooting ?

Celui avec Marie où j'ai pleuré à chaudes larmes. Je dis celui là alors qu'au final tout s'est très bien passé après ma crise de larmes incontrôlée ! En vrai, je n'ai pas de mauvais souvenirs ou alors j'ai de la chance de ne plus m'en rappeler !

Quels rôles jouent les réseaux sociaux dans ton travail ? Tu as des comptes Instagram que tu nous conseilles ?

Je suis arrivée pile au moment où instagram prenait de l'ampleur, donc j'ai pu saisir le coche, et cela me permet aujourd'hui de bénéficier d'une bonne visibilité grâce à instagram en partie. Je vous conseille le mien bien évidemment ! Sinon, je vous conseillerais celui d'Elsa Muse, c'est très créatif, ça change de ce que l'on voit sur insta et en plus c'est une amie ! Bon du coup, je vais devoir citer toutes mes amies maintenant @kenzasmg, @noholita, @youmakefashion. Et comme photographe je suis fan de @nicolasgavino et @axelmorin.

Envie de plonger dans les coulisses d'un shooting d'Alix ? Embarque sans plus tarder pour un cours de photo streetstyle pas comme les autres... A ton appareil, à toi de jouer !