Aliocha Boi, l’instagramer urbain

Aliocha Boi, l’instagramer urbain

Avide d’environnement urbain, Aliocha Boi parcourt le bitume à la recherche de clichés. Au fil de ses explorations quotidiennes, l’artiste collectionne avec talent les images aux compositions graphiques et symétriques. Son parti pris ? Sublimer les perspectives, les jeux de vitesse et les effets de lumière. Ce passionné d’architecture saisit sans pareil les lignes et courbes des villes. Rencontre avec ce jeune prodige de la photographie urbaine qui n’a pas fini de faire parler de lui.

Aliocha, tu es photographe autodidacte, peux-tu nous raconter comment as-tu appris la photo ?

J’ai appris sur le tas, en expérimentant, en rencontrant des personnes inspirantes, pas nécessairement des photographes et en voyageant. Je m’intéresse peu à la technique mais je lis beaucoup et j’ai vu énormément d’expos depuis l’enfance, ma famille étant dans le milieu de l’art, ce qui a forgé ma culture photographique.

Quel rôle joue la photographie à tes yeux ?

Elle joue pour moi principalement un rôle documentaire. Figer un instant, un moment qui ne se reproduira jamais. C’est pourquoi je m’intéresse beaucoup à la notion du temps et j’aime capturer des scènes de vie dans la rue que l’on ne reverra plus ou rarement. Je ne cherche pas nécessairement une logique représentative de reproduction du réel dans le champ du visible, mais je pars du point de vue que le réel n’est pas visible de manière spontanée, mais doit être rendu visible. Ma photographie ne cherche pas à reproduire le réel, mais à travailler avec lui. Je privilégie ainsi certains dispositifs de la photographie documentaire afin d’y parvenir.

Quels sont les artistes qui t’influencent ?

J’en ai énormément : les photographes Stéphane Couturier, Michael Wolf, Steve McCurry Martin Parr… et j’en découvre chaque jour. Je suis récemment allé à Arles et j’y ai vu plusieurs photographes iraniens formidables, d’ailleurs pour la plupart très actifs sur Instagram, notamment Newsha Tavakolian, qui a été une grande découverte pour moi. Je m’inspire également beaucoup du cinéma : les films de Paolo Sorrentino, Wes Anderson, Stanley Kubrick, Iñárritu…

Quelles sont les villes qui t’inspirent le plus ? Comment fais-tu pour identifier les nouveaux spots ?

Généralement, ce sont les villes à forts contrastes qui m’inspirent le plus. Récemment, j’ai fait un reportage à La Havane, où j’ai capturé l’ambiance de la ville avant la mort de Fidel Castro et à Shanghai dans un quartier qui allait être rasé un mois après mon départ. Bien-sûr, je vis à Paris, je fais donc l’effort de m’éloigner des clichés touristiques et de photographier cette ville différemment.

Pour ce qui est des spots, ça dépend. Parfois c’est le hasard, parfois un échange entre amis photographes. Par exemple, quelqu’un découvre un endroit abandonné ou un toit avec une vue imprenable et il sera souvent excité de le partager et je partagerai à mon tour mes découvertes, ainsi de suite…

Chacun de tes clichés est un petit bijou de symétrie, comment qualifies-tu ton style ?

Je n’ai pas de style particulier. Disons que ma démarche évolue avec le temps. J’aime saisir le passage du temps en photographiant des endroits abandonnés, jouer avec les lignes et la symétrie en photographiant l’architecture urbaine et documenter le monde dans lequel je vis avec le reportage. Je mélange plusieurs centres d’intérêts et je n’aime pas que l’on m’enferme dans une case.

Tu es très actif sur Instagram, quels rôles jouent les réseaux sociaux aujourd’hui dans ton travail ?

Je pense, même si beaucoup de photographes expérimentés ne verront pas cela d’un bon œil, que les réseaux sociaux ont et vont remplacer peu à peu la presse et les magazines qui, malheureusement, sont en pleine pente descendante. Les réseaux sociaux aident à aller plus vite, disons. J’ai eu la chance d’exposer trois fois cette année principalement grâce à cela.

Comment continues-tu d’affûter tes techniques et de monter en compétences ?

Nous apprenons de nouvelles choses toute notre vie. Je n’affûte pas forcement mes techniques mais j’évolue avec le temps. J’ai des envies photographiques différentes qu’il y a 3 ans où je capturais surtout l’architecture froide des bâtiments. Je n’en suis qu’au début de ma carrière et je continuerai toujours à apprendre.

Tu es récemment parti à Cuba pour une session de photos hautes en couleur, tu peux nous raconter ?

J’ai été invité au départ par la marque d’alcool,Havana Club, pour faire un reportage sur l’une de leurs distilleries. J’en ai profité pour faire une série personnelle, que j’ai ensuite exposée à Paris. C’était le voyage qui m’a le plus marqué, tant par les couleurs justement, que par les visages et les contrastes humains et sociaux. J’y retournerai.

Quels conseils donnes-tu à un aspirant photographe qui souhaite suivre tes pas ?

Mon public vient principalement d’Instagram. Je conseillerai à un débutant de ne pas seulement se baser sur ce qu’il voit sur les réseaux car il aura une vision biaisée de la photographie. La photographie comme je la vois sur Instagram a souvent une connotation spectaculaire. Mais pour aller au-delà, il faut voir des expos, lire, se cultiver peu importe le moyen employé et essayer de réfléchir à sa propre démarche artistique et au domaine qui nous touche vraiment

Mise au point, contre jour, profondeur de champ, vitesse d’obturation, balance des blancs… il est temps de lever le voile sur l’univers de la photo et se lancer pour de bond ! Que tu souhaites apprendre la photographie ou tout simplement t’éveiller auprès d’un photographe professionnel, nous t’avons concocté un cours de photo unique ! Tu arpenteras le bitume aux côté du photographe urbain, Aliocha Boi. Ce mordu de photo t’embarquera en immersion sur un de ses spots favoris. Au travers de ce cette initiation à la photographie, tu découvriras ses techniques photos, ses sources d’inspirations et ses astuces de professionnel : identifier un lieu intéressant, apprendre à gérer un arrière-plan, jouer avec l’espace et les lignes d’horizon, construire un cadrage et une composition… la photographie urbaine n’aura bientôt plus de secret pour toi !