Manager une équipe : les bonnes pratiques

Manager une équipe : les bonnes pratiques

Manager une équipe : les bonnes pratiques

Tu as envie de progresser dans ta carrière et devenir manager ? Tu tiens déjà un poste de manager d’équipe, mais tu penses que tu as encore des améliorations à faire ? Un excellent chef d’entreprise devrait savoir comment diriger une équipe de travail et comment manager une équipe commerciale.

Manager une équipe définition

Il s’agit d’une mission très importante qui consiste à diriger, à animer et à recadrer une équipe. Le manager doit être capable d’insuffler un bon esprit d’équipe au sein du groupe. Il doit également inciter à la prise d’initiative de chaque membre en les orientant et en valorisant leurs aptitudes pour atteindre des objectifs communs.

La gestion d’une équipe, l’encadrement des collaborateurs, l’animation, la délégation et la prise des décisions ne sont pas choses faciles. Voici les bons conseils à suivre si tu veux acquérir les fondamentaux pour devenir un bon manager d’équipe :

  • Il ne faut pas prendre le rôle d’un manager d’équipe comme une obligation. Si tu ne peux pas assurer toutes les tâches, n’hésite pas à déléguer. Il est plus judicieux de se focaliser sur quelques impératifs que d’être débordé par plusieurs « obligations ».

  • Un bon manager doit savoir cibler les meilleurs moments pour aborder différents sujets avec le groupe. Si tu abordes un problème au mauvais moment, cela risque de mettre la pression à certains membres de l’équipe et envenimer les choses en créant d’autres tensions au sein du groupe.

  • L’empathie est l’une des plus grandes qualités d’un bon manager d’équipe. Tu dois savoir écouter et faire preuve de compréhension. Montrer à un collaborateur que tu t’intéresses réellement à lui ou à ce qu’il dit, c’est primordial.

  • Parmi les bases du management, la capacité à mettre de côté sa propre personne est également très importante. Manager, ce n’est pas être autoritaire. Il convient de trouver un juste milieu entre le manager « directif » et le « permissif ».

  • Un bon manager ne doit pas porter de jugement sur un collaborateur. Penser qu’un membre de l’équipe est médiocre risque de le faire rester dans l’ombre et ainsi, réduire à néant toutes ses chances de s’améliorer et de progresser.

  • Tu dois également donner un feed-back adéquat à chaque situation. Un collaborateur qui a réalisé un exploit doit être félicité ou récompensé afin de l’encourager à rester sur cette bonne voie. Celui qui a bâclé un travail doit être incité à faire des efforts et ne plus répéter les mêmes erreurs.

  • Un bon manager ne doit pas hésiter à se rapprocher de ses collaborateurs afin de trouver le meilleur moyen de les coacher. Être bienveillant ne signifie pas devenir trop familier avec ses employés.

  • Pour gagner la confiance des collaborateurs, tu dois toujours montrer le bon exemple, et ne jamais faire le contraire de ce que tu dis. Le manager doit être un bon modèle pour tous les membres de son équipe.

  • Comment manager une équipe difficile ? Ce n’est pas évident d’encadrer une équipe composée de personnes ayant chacun son propre mode de fonctionnement. C’est dans ce cas que la flexibilité du manager entre en jeu.

Manager une équipe : les pièges à éviter

Tout le monde ne naît pas manager. Pour assurer une telle responsabilité, il faut avoir de nombreuses compétences ainsi que quelques traits de caractère qui définissent la qualité qui s’y rapporte. Un manager d’équipe qui soupire à tout va pendant une réunion, ce n’est pas une très belle image pour ses collaborateurs. Voici d’autres pièges à éviter pour s’assurer de conduire une équipe au succès :

  • croire qu’être « manager », c’est être parfait et infaillible
  • faire une mauvaise organisation
  • faire naître des clans au sein de l’équipe en négligeant un groupe par rapport à un autre…
  • mettre une pression continuelle sur les collaborateurs et leur transmettre son propre stress
  • manquer de conviction et ne pas se montrer entreprenant
  • être trop autoritaire et oublier la stratégie du management participatif
  • manquer d’empathie envers les collaborateurs
  • ne pas prendre en compte les avis des collaborateurs
  • ne pas établir une bonne communication avec les collaborateurs