Management interculturel définition

Management interculturel définition

Depuis ces dernières années, avec le développement des nouvelles technologies et l’essor d’internet, le monde du travail a connu de nombreuses transformations. Les professionnels sont plus mobiles et la diversification des profils au sein des équipes tend à se généraliser. A l’heure où l’ouverture des marchés s’est largement développée, de plus en plus d’organisations font appel aux talents issus de différentes nationalités et d’horizons variés pour optimiser le développement de leur activité.

La diversité et la compétence interculturelle sont devenues aujourd’hui des atouts compétitifs permettant aux entreprises de se démarquer et d’améliorer leur performance. Pour gérer efficacement cette interculturalité et pour tirer profit des bénéfices qu’elle peut apporter, il est indispensable d’intégrer le management interculturel dans la stratégie de l’entreprise. Alors, en quoi consiste le management interculturel ? Quels bénéfices à adopter ce type de management pour les entreprises ? Tour d’horizon du management interculturel, une discipline managériale qui a le vent en poupe !

Management interculturel définition

Qu’est-ce que le management interculturel ? D’abord, le management désigne les techniques d’organisation, de gestion et de contrôle des moyens humains et matériels de l’entreprise pour atteindre ses objectifs. Ensuite, l’interculturel concerne de façon générale les rapports et les échanges entre les individus qui ont des cultures différentes. Donc, le management interculturel peut être défini comme étant un mode de management qui consiste à prendre en compte les différences culturelles au sein d’une organisation.

La plupart des entreprises d’aujourd’hui sont en relation avec des collaborateurs et des partenaires qui viennent des quatre coins du globe, mondialisation oblige ! L’entreprise doit donc être en mesure d’adapter efficacement son management afin de faciliter les relations entre ses membres, au delà des barrières culturelles et éventuelles différences… L’objectif du management interculturel est de ce fait de faciliter les relations entre les acteurs qui ont des cultures divergentes et de tirer profit des atouts de ces cultures. Quelle est la mission du manager interculturel ?

Le manager interculturel a pour rôle de détecter les différences culturelles et d’améliorer les interactions entre les collaborateurs au sein de l’entreprise qui n’a pas la même culture. En effet, la diversification des équipes est devenue aujourd’hui nécessaire pour répondre aux besoins du marché. Le manager interculturel doit donc organiser son action autrement et élaborer une stratégie efficace en tenant compte des différences de cultures des membres de l’équipe et des autres acteurs dans l’objectif d’améliorer la performance sociale et économique de l’entreprise.

Pour résumer, les principes du management interculturel sont donc de reconnaitre et de prendre en compte l’interculturalité au sein d’une organisation, de minimiser les impacts négatifs pouvant être occasionnés par les différences culturelles, d’assurer la collaboration et également d’améliorer les rapports malgré ces différences pour profiter des ressources potentielles que peut offrir la diversité culturelle.

Management interculturel : pourquoi l’adopter ?

L’intégration du management interculturel à la stratégie de l’entreprise est tout simplement devenue primordiale aujourd’hui pour renforcer sa compétitivité en profitant des bénéfices de la diversité culturelle (savoirs, expériences, comportements, modes de pensée, modes d’action…). L’entreprise doit en effet adapter son management en fonction de son environnement pour gagner en efficacité et en réactivité. Qu’il s’agisse de recruter de nouveaux collaborateurs, de les intégrer, ou tout simplement d’améliorer les échanges entre les membres d’une équipe ayant des différences culturelles, un mode de management adapté à l’interculturalité est indispensable. Il convient ainsi pour le manager de réaliser des actions organisationnelles et relationnelles afin d’anticiper les risques interculturels au sein de l’entreprise.

La prise en compte des différences culturelles est essentielle pour éviter les conflits interculturels conduisant l’entreprise à l’échec et aux conflits internes ! Prudence, donc ! Parmi les cas de figure les plus fréquents liés aux risques interculturels, l’on peut citer :

  • Les échecs d’alliance : En prenant l’exemple de la fusion échouée entre le groupe allemand Daimler-Benz et le constructeur automobile américain Chrysler, une alliance peut engendrer de nombreux conflits dans le cas où les parties prenantes ne prennent pas en considération les différences culturelles qui existent entre elles.

  • Les échecs de négociations : Une organisation peut perdre des contrats importants par le simple fait que les collaborateurs, qui ont des cultures différentes, n’arrivent pas à communiquer de manière cohérente.

  • Les conflits interculturels : Il s’agit d’un obstacle dans la pérennisation de l’activité de l’entreprise dans la mesure où ils influent sur la cohésion de l’équipe

  • Les échecs d’expatriation : Lorsque le collaborateur n’arrive pas à s’intégrer et à travailler ensemble, l’entreprise est dans l’obligation de trouver un autre nouveau talent à former.