Guev : Cinemagraph Maniac !

Guev : Cinemagraph Maniac !

Cinemagraph, ça vous parle ? Guev s’en est fait une spécialité en quelques années et multiple avec poésie ces images fixes dotées d’un élément animé. Avec de multiples collaborations à son actif auprès de marques comme Amazon ou Oxford, l’illustrateur développe au fil de ses collections une esthétique colorée dans l’ère du temps. Rencontre du jour avec un aficionado de l’illustration sous toutes ses formes !

Après quelques passages dans l’univers de la comptabilité, de la publicité et de la direction artistique, tu es revenu à ses premiers amours : le dessin. Comment s’est fait le déclic ?

Je passais mon temps à dessiner dans les différentes entreprises ou agence où je travaillais. Soit pendant mes pauses soit quand je m’ennuyais. Aussi, dès que j’apprenais que l’entreprise avait besoin d’une création graphique, je demandais à la réaliser moi-même plutôt que d’embaucher un créatif.

Lorsque mes collègues, mes amis ou ma famille parlaient de leur travail, je voyais bien que la plupart d’entre eux ne s’amusaient pas et ne rêvaient qu’à prendre des vacances. Pour moi il était hors de question d’exercer un métier qui ne me stimulait pas et d’arriver à la fin de ma vie en ayant des regrets. Le dessin a toujours été pour moi une source de bien-être et de motivation.

Ton travail mixe des silhouettes graciles, une bonne dose de couleurs et une certaine simplicité dans l’esthétique. Comment définis-tu ton style ?

J’essaie de mélanger des choses contraires. Par exemple avoir un trait de dessin simple mais ajouter beaucoup de détails autour, ou avoir des personnages élégants mais dans des situations comiques. Je ne voulais pas faire de dessin 100% mode ou 100% autre chose. Ce que j’aime c’est les paradoxes.

Quelles sont tes sources d’influences ?

Il serait difficile de dire qui m’aurait inspiré plus qu’un autre. J’ai fait énormément de recherches, je me suis inspiré de tout et n’importe quoi. Une simple photo de mode pouvait m’orientait dans un style d’illustration. Puis je combinais ça à des éléments qui me plaisaient chez un illustrateur, puis un autre et encore un autre etc. Prenez par exemple l’incroyable Kim Jung Gi, son style n’a rien à voir avec le mien pourtant il m’a beaucoup inspiré par ses mises en scène, sa rapidité et facilité d’exécution.

Tu as vécu à Londres avant de revenir à Paris ? Quel est ton décryptage de ces deux scènes créatives ?

A Londres je travaillais dans des agences de publicité. Je n’étais pas encore illustrateur mais c’est justement à cette période que j’ai décidé de prendre mon virage. Je n’ai pas vu de différences majeures entre les agences de pub parisiennes ou londoniennes. Ils ont une bonne organisation et des codes en communs.

J’ai néanmoins l’impression que Londres est plus ouvert à la créativité de façon générale. J’ai des amis designers graphiques qui eux sont catégoriques et ne veulent plus revenir travailler à paris car leur travail est moins bridé là-bas. Concernant mon métier d’illustrateur, je l’exerce en freelance depuis chez moi et je travaille avec des clients internationaux. Je suis donc en terrain neutre ; que j’habite en Sibérie ou à Dubaï je ne verrai pas de différence, excepté la météo !

Comment fais-tu pour te former aujourd’hui et continuer à monter en compétences ?

C’est là toute la beauté de ce métier. On n’a jamais fini d’apprendre… Si j’ai des moments de libre, je dessine de mon côté, que ce soit des projets personnels ou des croquis. Sans même m’en rendre compte j’ai gagné en rapidité depuis que j’ai commencé à dessiner des storyboard. De plus, les projets des clients sont tellement différents qu’on apprend à chaque fois à dessiner autrement. La méthode pour gagner en compétence est aussi simple qu’elle est compliquée, plus on dessine plus on se perfectionne.

Ton portfolio s’étoffe à un rythme très rapide, comment fais-tu pour trouver de nouvelles idées et alimenter ta créativité ?

J’essaie toujours d’apporter à mes créations quelque chose que je ne faisais pas avant. Mes premières illustrations représentaient des personnages sur un fond coloré, puis progressivement j’ai ajouté les paysages, et enfin l’animation. L’idéal pour moi c’est de trouver quelque chose que je n’ai jamais fait ou que je ne sais pas faire et de le maîtriser. Bien que je ne sois pas actif sur les réseaux sociaux, je n’en suis pas moins très observateur. C’est essentiel de regarder ce qu’il se fait pour ne pas être démodé et trouver des inspirations.

As-tu des récents coups de coeur créatifs que tu souhaites partager ?

Honnêtement j’ai plusieurs coups de cœur par jour… Sur Instagram par exemple j’ajoute régulièrement de nouveaux artistes dont le travail m’a plu. Puis le fait de parcourir ma file d’actualité me surprend à chaque fois, je suis impressionné de voir autant de talents et de belles réalisations. Un de mes coups de cœur régulier est James Jean pour ne citer que lui.

Quels conseils donnes-tu à un débutant qui souhaite suivre sur ton chemin ?

La première chose à faire est d’acheter un petit carnet à dessin et de dessiner absolument partout, dans les transports, salle d’attente, dehors etc. Je conseille de ne pas utiliser de crayon à papier mais un stylo Bic qui vous obligera à avoir une plus grande dextérité mais qui vous fera progresser plus vite. C’est aussi très important de trouver des artistes qui vous plaisent et de comprendre comment ils travaillent, que ce soit leur méthodologie ou leur exécution.

Trouvez une bonne école et pendant votre formation ne soyez pas conventionnel, faites des choses inattendues et surprenantes. C’est également un conseil qui sera à appliquer plus tard dans le monde professionnel. Et comme le dirai mon héros Serge Gainsbourg, « Quand tes parents te disent que c'est bien, c'est que c'est de la merde ».

L’illustration t’a toujours attiré ? Il est temps de te lancer et d’apprendre à dessiner, et peut être même animer un personnage ! L’illustrateur professionnel Guev va te confier à l’occasion de deux cours en ligne tous ses tips et techniques :

Découvrir les règles de composition, se lancer dans un premier croquis, créer sur Photoshop, jouer avec les perspectives, ajuster les lumières et la couleur… l’illustration n’aura plus de secret pour toi… Les esprits les plus aventureux prendront plaisir à se plonger par la suite dans un atelier dédié 100% à l’animation, l’occasion de découvrir comment animer un personnage, créer une boucle et concevoir son premier GIF ! A toi de jouer !